Information pour les professionnels de la santé

Faire ÉKIP pour la santé, le bien-être et la réussite des jeunes

À propos

La promotion de la santé et du bien-être ainsi que la prévention de problèmes chez les jeunes d'âge scolaire contribuent à leur persévérance scolaire et à leur réussite éducative.

Le référent ÉKIP présente des moyens efficaces et reconnus pour agir auprès des enfants du préscolaire et des élèves du primaire et du secondaire, en soutenant :

  • le développement de compétences tout au long de leur cheminement scolaire;
  • la mise en place d’actions dans les milieux de vie que sont pour eux l'école, la famille et la communauté.

Le nom ÉKIP, du verbe ekipi en esperanto, signifie « équiper ». ÉKIP invite ainsi le réseau de l’éducation et celui de la santé et des services sociaux à faire « équipe » pour maximiser la portée de leurs actions et pour « équiper » les jeunes d’âge scolaire à faire face aux situations de vie qu'ils rencontrent.

La mise en œuvre d'actions intégrées de promotion et de prévention dans une école et dans les autres milieux de vie des jeunes :

  • contribue à ce qu'ils se sentent bien et en sécurité;
  • concourt à ce qu'ils se développent sur tous les plans : cognitif, physique et socioémotionnel;
  • les dispose à apprendre dans des environnements qui leur offrent toutes les conditions favorables;
  • favorise la cohérence (les jeunes ne reçoivent pas de messages contradictoires);
  • évite le dédoublement des actions, ce qui permet d'utiliser les ressources de manière optimale.

La promotion de la santé et la prévention en contexte scolaire

Depuis 2003, le réseau de la santé et des services sociaux et le réseau de l’éducation agissent ensemble sur la base de l’Entente de complémentarité Deux réseaux, un objectif : le développement des jeunes Fichier PDF.

L'Entente cible les jeunes du préscolaire, du primaire et du secondaire des réseaux public et privé. Elle vise le développement optimal des jeunes à travers un continuum d'actions incluant la promotion de la santé, la prévention des problèmes et les services d'adaptation et de réadaptation. Le volet promotion-prévention de l'Entente propose de planifier des actions communes à la santé, au bien-être et à la réussite des jeunes selon une démarche globale (en agissant sur toutes les dimensions de la santé auprès du jeune et dans ses milieux de vie) et concertée.

Référent pour des actions de promotion-prévention intégrées

Le référent ÉKIP s'inscrit dans la continuité des travaux menés en lien avec l'approche École en santé (AÉS). Comme l'AÉS, il repose sur une perspective positive du développement des jeunes, axée sur leurs forces et sur la réalisation de leur plein potentiel, plutôt que sur une perspective orientée sur les « problèmes ».

Le référent invite à une démarche d'intervention globale, c'est-à-dire à la planification d'actions en milieu scolaire, coordonnées par des acteurs des 2 réseaux, en collaboration avec la famille et la communauté. Le but est d'agir auprès des élèves et dans leurs milieux de vie, de manière à ce qu'ils développent des compétences qui les aideront à faire face à une variété de situations en matière de santé et de bien-être.

Plus précisément, le référent ÉKIP a pour intentions :

  • de développer et de renforcer des compétences personnelles et sociales chez les jeunes;
  • de contribuer à l'aménagement de milieux de vie sains, sécuritaires et bienveillants, ce qui inclut l'accès des jeunes aux services dont ils ont besoin dans l'école ou à proximité;
  • de favoriser la cohérence (continuité et complémentarité) des interventions réalisées à l’école, ainsi qu'avec les familles et la communauté, et l'arrimage des actions du réseau de la santé et des services sociaux et de celui de l’éducation.

De plus, le référent ÉKIP bonifie ce qui a été fait jusqu'ici dans le cadre d'École en santé :

  • Il identifie 7 compétences à développer, communes à plusieurs thématiques ou sujets de santé et contributives à la réussite scolaire des jeunes.
  • Il spécifie les conditions organisationnelles favorables à l’ancrage des actions dans les pratiques régulières de l’école, à leur cohérence et à la concertation des acteurs impliqués.

Il désigne pour chaque année scolaire, de la maternelle à la 5e secondaire, les savoirs à prioriser ainsi que les actions porteuses à déployer pour que l'école soit un milieu de vie propice à l'apprentissage, c'est-à-dire sain, sécuritaire et bienveillant.

Faire "ÉKIP" pour la santé, le bien-être et la réussite éducative des jeunes

Roulette des compétences à développer et de l'Action École-Famille-Communauté

Schéma adapté et traduit avec la permission de l'ASCD Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. et des U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.

Un travail collectif

Le référent ÉKIP est le résultat d'une démarche rigoureuse menée en partenariat par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) et l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Les recommandations d'experts de la synthèse Réussite éducative, santé et bien‐être : agir efficacement en contexte scolaire (INSPQ, 2010) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. ont servi de point de départ à cette démarche. Les recommandations touchent à 12 sujets de santé :

  • activité physique;
  • alcool, drogues, jeux de hasard et d’argent;
  • alimentation;
  • infections;
  • santé buccodentaire;
  • santé environnementale;
  • santé mentale;
  • sexualité;
  • sommeil;
  • tabagisme;
  • traumatismes non intentionnels;
  • violence.

Plus de détails sur la façon dont ont été identifiées les compétences communes à tous ces sujets de santé sont disponibles dans la publication intitulée Pour des interventions intégrées et efficaces de promotion et prévention en contexte scolaire : assisses théoriques, modèle et savoirs incontournables (INSPQ, 2014) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..

Des actions mieux intégrées

Les compétences à développer font l’objet d’apprentissages tout au long du parcours scolaire du jeune. Ces apprentissages portent sur différents sujets, en fonction des situations typiquement vécues par le jeune aux différents stades de son développement. Par exemple, on parlera de gestion des influences sociales en lien avec l’alimentation au primaire, puis en lien avec le tabac au début du secondaire.

Les actions à mettre en œuvre dans les milieux de vie du jeune soutiennent également le développement de compétences et visent à offrir un environnement bienveillant, sain et sécuritaire. En se concentrant sur les compétences qui sont communes aux divers sujets de santé, le référent ÉKIP permet d’agir de manière intégrée sur la santé, le bien-être et la réussite des jeunes, c'est-à-dire sans avoir à mettre en place autant d’actions spécifiques qu’il y a de sujets.

De plus, l’identification des actions porteuses et des savoirs à couvrir, selon l’âge, est plus susceptible de favoriser la concertation et la continuité des actions et d’éviter de transmettre aux jeunes des messages redondants ou contradictoires. La spécification des conditions organisationnelles favorables à l’intégration est également susceptible de faciliter l’ancrage en milieu scolaire des actions de promotion-prévention et, ce faisant, leur pérennisation.

Collaborateurs

  • Agences de santé et de services sociaux (abolies en 2014 et remplacées par les centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS) et les centres intégrés universitaires de santé et services sociaux (CIUSSS))
  • Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec
  • Directions régionales du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (abolies en 2014)
  • Directions régionales de santé publique
  • Québec en Forme
  • Acteurs des 2 réseaux et des organismes consultés :
    • Direction régionale de santé publique, centres de santé et de services sociaux (abolis en 2014 et remplacés par les CISSS et les CIUSSS) et commissions scolaires de la région de l’Estrie
    • Direction régionale de santé publique, centres de santé et de services sociaux (abolis en 2014 et remplacés par les CISSS et les CIUSSS), commissions scolaires, écoles et organismes communautaires de la région de la Côte‑Nord
    • commissions scolaires anglophones et centres de santé et de services sociaux (abolis en 2014 et remplacés par les CISSS et les CIUSSS) partenaires
    • Réunir Réussir

Dernière mise à jour : 11 octobre 2018, 16:07

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2018 Haut de page