Information pour les professionnels de la santé

Flash Surveillance

La rhinite allergique en quelques chiffres

L’allergie est une réaction excessive de l’organisme à des agents extérieurs (les allergènes) auxquels il est particulièrement sensible (Institut national de santé publique du Québec, 2013 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.). Cherchant à éliminer l’allergène, les anticorps de la personne allergique déclenchent des réactions de défense. C’est de cette façon qu’apparaissent les symptômes de la rhinite allergique tels que les éternuements, l’écoulement nasal et les démangeaisons oculaires. La rhinite allergique saisonnière, communément appelée rhume des foins, est souvent causée par des allergènes provenant de l’air extérieur, généralement transportés par le vent (ex. : pollens). Quant à la rhinite allergique persistante, elle est la plupart du temps causée par des allergènes présents dans l’air intérieur (ex. : acariens, moisissures, animaux) (Institut national de santé publique du Québec, 2012 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.).

La prévalence de la rhinite allergique semble être en constante augmentation depuis les dernières décennies, et ce, à l’échelle mondiale, notamment en raison de l’impact des changements climatiques sur les espèces végétales. Les principaux effets observés sur les plantes allergènes sont : l’allongement de la saison de croissance, ainsi que l’augmentation de la production et de l’allergénicité du pollen (Demers, I., 2013 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.).

Ce que les données montrent

Les résultats de l’Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. de 2014-2015 révèlent que 18 % de la population québécoise âgée de 15 ans et plus a eu des symptômes de rhinite allergique au cours des 12 derniers mois, avec une proportion plus élevée chez les femmes que chez les hommes (20 % c. 16 %).

Population de 15 ans et plus ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le groupe d'âge (%) Population de 15 ans et plus ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le niveau de limitation dans les activités quotidiennes (%)

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015.

Statistique sur la population de 15 ans et plus ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le groupe d'âge (%) Statistique sur la population de 15 ans et plus ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le niveau de limitation dans les activités quotidiennes (%)

Pollen

En 2014-2015, environ une personne de 15 à 44 ans sur cinq a eu des symptômes de rhinite allergique au cours des 12 mois précédant l'enquête. Les personnes de 65 ans et plus sont les moins touchées par ces symptômes (environ une personne sur huit).

Toux

Parmi les personnes de 15 ans et plus ayant eu des symptômes de rhinite allergique au cours des 12 derniers mois, plus du tiers ont été limitées dans leurs activités quotidiennes (un peu, modérément ou beaucoup), alors qu’environ les deux tiers n'ont pas eu de limitation.

Élèves du secondaire ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le sexe (%) Élèves du secondaire ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le statut de fumeur de cigarettes (%)

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire, 2016-2017.

Statistique sur les élèves du secondaire ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le sexe (%) Statistique sur les élèves du secondaire ayant eu des symptômes de rhinite allergique, selon le statut de fumeur de cigarettes (%)

Genre homme-femme

Selon les données de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. menée en 2016-2017, 22 % des élèves ont eu des symptômes de rhinite allergique au cours des 12 derniers mois. La proportion des filles est plus élevée que celle des garçons (25 % c. 19 %).

Cigarette

En 2016-2017, la proportion des élèves du secondaire ayant eu des symptômes de rhinite allergique est plus élevée chez les fumeurs de cigarettes (33 % chez les fumeurs actuels et les fumeurs débutants) que chez les non-fumeurs (21 %).

Données complémentaires sur la rhinite allergique

  • Selon l’EQSP, c’est le pollen qui occupe le premier rang parmi les facteurs déclencheurs de la rhinite allergique. Près des trois quarts (74 %) des personnes qui ont eu des symptômes au cours des 12 derniers mois l’ont mentionné comme facteur déclencheur.
  • Au Québec, les résultats de l’EQSP indiquent que les personnes nées au Canada sont proportionnellement plus nombreuses que les personnes nées ailleurs qu’au Canada à avoir eu des symptômes de rhinite allergique au cours des 12 derniers mois (19 % c. 14 %).
  • Les données de l’EQSJS révèlent que 31 % des élèves qui ont des allergies alimentaires diagnostiquées présentent aussi des symptômes de rhinite allergique, comparativement à 21 % de ceux pour qui aucune allergie alimentaire n'a été diagnostiquée.

Les données du présent Flash surveillance sont issues de deux enquêtes réalisées par l’Institut de la statistique du Québec, à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux.

EQSP : Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015

Dans l’EQSP, la population visée est constituée de l’ensemble des personnes de 15 ans et plus vivant dans un logement non institutionnel au Québec, à l’exclusion des personnes résidant dans les réserves indiennes ou dans la région du Nunavik. L’EQSP a une portée tant provinciale que régionale et locale. Les mesures relatives aux personnes ayant eu des symptômes de rhinite allergique ont été obtenues à l’aide de questions portant sur les 12 derniers mois.

EQSJS : Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire, 2016-2017

Dans l’EQSJS, la population visée est constituée des élèves de la 1re à la 5e secondaire qui sont inscrits au secteur des jeunes, dans les écoles québécoises publiques et privées, francophones et anglophones, à l’automne 2016. Elle exclut toutefois les écoles situées dans les régions sociosanitaires des Terres-Cries-de-la-Baie-James et du Nunavik, de même que certaines autres écoles. L’EQSJS a une portée tant provinciale que régionale et locale. Les mesures relatives aux élèves ayant eu des symptômes de rhinite allergique ont été obtenues à l’aide de questions portant sur les 12 derniers mois.

Note

Les différences présentées dans les faits saillants sont toutes statistiquement significatives au seuil de 0,01.

Dernière mise à jour : 21 juin 2019

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page