Information pour les professionnels de la santé

Virus du Nil occidental (VNO)

Description

Le virus du Nil occidental (VNO) s’attrape par la piqûre de moustiques. En Amérique du Nord, le premier cas humain d’infection par le VNO a été déclaré en 1999 dans l’État de New York.

Actuellement, il peut être contracté au Canada, aux États-Unis et dans plusieurs autres régions du monde. Le virus a été identifié pour la première fois au Québec en 2002.

Au Québec, les infections causées par le VNO sont saisonnières. Elles surviennent au cours de l’été et se poursuivent jusqu’à l’automne avant les premières gelées.

Les moustiques porteurs du VNO sont présents dans plusieurs régions, en milieu urbain et à la campagne. La présence du VNO a surtout été recensée dans le sud du Québec au cours des dernières années, mais des cas ont aussi acquis leur infection dans plusieurs autres régions. Pour plus d’information, consultez le Bulletin Flash Vigie de juin 2019.

Présentation clinique

La majorité des personnes infectées (80 %) ne développent aucun symptôme. Environ 20 % des personnes infectées présentent des symptômes tels que de la fièvre, des céphalées, des myalgies et parfois des éruptions cutanées. Ce portrait clinique est connu sous la dénomination de fièvre du Nil.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, moins de 1 % des personnes infectées développent une forme grave de la maladie avec atteinte neurologique telle qu'une encéphalite, une méningite ou une méningo-encéphalite qui se manifeste généralement par les symptômes suivants :

  • de la fièvre;
  • la modification de l'état mental;
  • des crises d'épilepsie;
  • des déficits neurologiques focalisés;
  • des troubles de mouvements, comme des tremblements ou du parkinsonisme.

La paralysie flasque aiguë liée au VNO est cliniquement et pathologiquement identique à celle associée au poliovirus, avec :

  • des dommages aux cellules des cornes antérieures;
  • de la progression possible vers la paralysie respiratoire nécessitant une ventilation artificielle.

La myélite liée au VNO se manifeste souvent par une paralysie ou une parésie d'un membre isolé. Elle peut survenir sans fièvre ou prodrome viral apparent.

Dans de rares cas, les symptômes suivants ont été rapportés chez des patients avec le virus du Nil occidental :

  • des dysrythmies cardiaques;
  • de la myocardite;
  • de la rhabdomyolyse;
  • de la névrite optique;
  • de l’uvéite;
  • de la choriorétinite;
  • de l’hyalite.

Personnes à risques

Ce sont les personnes de 50 ans et plus ainsi que celles atteintes de maladies chroniques ou dont le système immunitaire est affaibli qui sont plus susceptibles de développer la forme grave de la maladie, à la suite d’une infection par le VNO.

Considérations à prendre pour le diagnostic

Le VNO devrait être considéré chez les personnes présentant une fièvre ou une maladie neurologique aigüe avec une exposition récente à des moustiques dans un endroit où le VNO est présent.

De plus d’autres arboviroses présentes au Québec devraient être considérées en présence d’un tableau clinique d’encéphalite ou de méningite virale, telles que celles causées par les virus du sérogroupe de Californie et l’encéphalite équine de l’Est.

Dernière mise à jour : 13 juin 2019, 16:33

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page