Ministère de la Santé et des Services sociaux

Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Ressources de l'information, des technologies et des installations

Système d'information et de gestion des urgences (SIGDU)

La connaissance du profil des personnes fréquentant l’urgence d’une installation est essentielle à une bonne gestion des activités de cette urgence. L’analyse des données doit, entre autres, tenir compte de l’évolution des indicateurs d’achalandage, de la complexité des cas, des délais de prise en charge (PEC) médicale et de la durée de séjour. Par ailleurs, il est indispensable de bénéficier de points de comparaison avec d’autres urgences.

Le SIGDU vise cinq principaux objectifs :

  • répondre aux exigences du Règlement sur les renseignements devant être transmis par les établissements au ministre de la Santé et des Services sociaux (RLRQ, chapitre S-4.2);
  • permettre un suivi de l’épisode de soins et suivre la trajectoire de l’usager de façon à évaluer la fluidité des processus et à identifier les causes possibles des problèmes rencontrés;
  • analyser les répercussions des actions posées et la pertinence des investissements consentis tant dans les services d’urgence que dans un contexte d’analyse globale et intégrée du réseau de la santé et des services sociaux;
  • améliorer le processus à l’intérieur des urgences en établissant les liens requis touchant la situation en amont et en aval des urgences;
  • connaître le profil des personnes fréquentant l’urgence d’une installation.

C’est dans le Système de gestion de l’urgence (SGU) que seront saisies toutes les données des usagers pour chaque épisode de soins, ultimement acheminées dans cette structure du SIGDU. Il est donc nécessaire de comprendre l’étroite relation entre la qualité de la saisie des données dans les SGU locaux pour que l’architecture SIGDU puisse interpréter, avec précision, le contexte des services d’urgence. En ce sens, la représentation graphique Fichier PDF permet de comprendre la relation entre les SGU des différentes installations au Québec, le noyau fonctionnel recevant ces données, la Console provinciale des urgences (CPU) et la Banque de données communes des urgences (BDCU). Cette chaîne de transmission consolide toutes les données relatives aux épisodes de soins dans les urgences, malgré l’utilisation de différents systèmes informatiques dans les installations.

Fiabilité des données

Afin d’assurer une utilisation judicieuse du SIGDU et l’obtention d’analyses objectives appuyant une bonne gestion, les données saisies dans le système doivent être exactes et fiables. Plus particulièrement, la fiabilité des données dépend principalement des éléments suivants :

  • l’importance accordée à la rigueur des différents processus liés à la saisie des données, notamment l’exactitude des dates et heures de réalisation des étapes du processus de soins;
  • le respect du Cadre normatif du SIGDU en vigueur;
  • la présence et l’application d’une démarche d’évaluation de la qualité des éléments concernés;
  • un processus de délégation de responsabilités aux gestionnaires de l’urgence touchant l'exactitude et la fiabilité des données.

L’analyse des informations disponibles provenant du SIGDU permet de juger de la qualité et de la pertinence des orientations et des décisions prises au regard de la qualité globale des soins et services prodigués à la population.

Indicateurs

L’évaluation continue de la performance est essentielle pour toute urgence soucieuse d’améliorer ses processus et ses résultats. Toutefois, il faut rappeler que la performance d’une urgence ne peut être isolée des facteurs plus systémiques touchant la gestion du flot d’usagers de l’installation et de son établissement. La performance dépend également des conditions émergentes liées à l’organisation des soins en amont et en aval de l’installation.

À sa plus simple expression, la performance est souvent définie comme étant la capacité qu’a une organisation d’atteindre ses objectifs. En santé, elle est souvent subdivisée en plusieurs dimensions afin d’en faciliter la compréhension et l’évaluation. Le MSSS s’est doté, en 2012, du Cadre de référence ministériel d’évaluation de la performance du système public de santé et de services sociaux à des fins de gestion, qui met de l’avant huit dimensions : accessibilité, équité d’accès, efficacité, sécurité, réactivité, continuité, efficience et viabilité.

Définition des huit dimensions de la performance au MSSS
Dimension Définition
Accessibilité Capacité de fournir les soins et les services requis à l’endroit et au moment opportuns.
Équité d’accès Capacité de fournir les soins et les services en fonction des besoins et sans égard aux caractéristiques personnelles non liées aux besoins comme le revenu, l’éducation, le lieu de résidence, etc.
Efficacité Capacité d’améliorer la santé et le bien-être.
Sécurité Capacité de minimiser les risques associés aux interventions et aux milieux de soins et de services eux-mêmes pour les usagers, le personnel et la population.
Réactivité Capacité de s’adapter aux attentes, aux valeurs et aux droits des usagers.
Continuité Capacité de fournir les soins et les services requis de façon intégrée et coordonnée.
Efficience Capacité d’utiliser les ressources disponibles (humaines, matérielles, financières et informationnelles) de façon optimale.
Viabilité Capacité, considérée sous l’angle des ressources humaines, matérielles, financières et informationnelles, de répondre aux besoins présents et futurs de la population.

À la suite de la réforme de l’organisation et de la gouvernance du réseau en 2015, le MSSS a choisi d’orienter ses travaux de performance dans une perspective plus opérationnelle. Avec cette nouvelle orientation, les principaux acteurs peuvent facilement s’approprier l’information produite afin de trouver rapidement des leviers pour le changement. Par conséquent, au MSSS, les travaux de mesure et d’analyse de la performance souscrivent à ce cadre et s’appliquent à des projets d’amélioration circonscrits afin d’en mesurer les effets à long terme, autant pour les objectifs spécifiques du projet que sur le plan systémique. La réalisation des travaux de mesure et d’analyse de la performance suit une stratégie adaptative qui a pour objectif d’encadrer le processus (validation de la problématique, sélection, calcul et développement des indicateurs) visant à mesurer, à analyser et à suivre l’évolution de la performance pour les différents objets prioritaires et projets ministériels.

En appliquant ces notions aux urgences, et malgré les efforts considérables consentis au suivi de certains délais, il convient de souligner que :

  • la performance est un concept multidimensionnel qui ne peut se réduire qu’à l’appréciation de l’accessibilité (délais et temps d’attente);
  • l’évaluation de la performance nécessite une approche systématique et structurée abordant les structures, les processus et les résultats de l’urgence en lien avec les réseaux et les trajectoires de soins auxquels ils sont intimement associés.

L’étendue du concept ne doit pas représenter un frein à la mise en place d’un programme d’appréciation de la performance. Une fois que les demandes liées à l’accessibilité immédiate sont prises en considération, l’urgence demeure responsable de développer une approche systématique complémentaire dans l’évaluation de sa performance. Le choix des autres indicateurs de performance doit refléter sa vision, sa mission particulière et les objectifs cliniques partagés avec ceux de l’établissement ou du réseau auquel il est intégré.

En respect de ces principes, les indicateurs sélectionnés doivent répondre à certains critères, tels que ceux présentés dans le Guide de sélection et d’élaboration des indicateurs aux fins de l’évaluation de la performance du système public de santé et de services sociaux :

Qualité des indicateurs
Critère de sélection Description
Pertinence Déterminer un lien entre l’indicateur considéré et ce que l’on veut mesurer.
Validité Déterminer si le lien avec l’objet de mesure est suffisamment important.
Fiabilité Examiner si les données à partir desquelles l’indicateur est construit sont de qualité.
Faisabilité Déterminer si les données pour le calculer existent et sont accessibles en temps opportun; si elles n’existent pas, les groupes de travail ont à établir si le fardeau et le coût de la collecte sont raisonnables.
Convivialité S’assurer que le lien entre l’indicateur et ce qu’il mesure est facile à comprendre.
Comparabilité S’assurer qu’entre juridictions, il y a adéquation entre les indicateurs comparés et les données.

Tableau de bord

Il est important de rappeler que chaque urgence doit d’abord se conformer aux attentes minimales au regard du suivi de certains indicateurs de performance touchant les aspects de délais d’accès et de processus. Ces indicateurs représentent un prérequis incontournable à tout programme local d’évaluation de la performance. Lorsque ces prérequis sont assurés, l’urgence peut étendre le spectre des indicateurs supplémentaires qu’elle juge approprié d’inscrire à ses activités d’évaluation.

De façon plus concrète, les exigences minimales touchant les indicateurs de suivi évalués systématiquement par le MSSS et la DSU sont, notamment, les suivantes :

  • la DMS pour les usagers ambulatoires et sur civière à l’urgence;
  • le délai de PEC médicale pour les usagers ambulatoires et sur civière à l’urgence;
  • le pourcentage des usagers ambulatoires réorientables qui ont été réorientés;
  • le nombre de départs avant une PEC médicale;
  • le taux d’occupation des civières fonctionnelles;
  • le pourcentage des séjours de 24 heures et plus sur civière à l’urgence;
  • le délai moyen entre la demande d’admission et le départ de l’usager de l’urgence.

Évolutives, les cibles ministérielles des différents indicateurs pour les services d’urgence sont accessibles via le Répertoire des indicateurs de gestion en santé et services sociaux en recherchant « urgence » comme mot-clé.

Pour connaître les Ententes de gestion et d’imputabilité (EGI) de vos établissements respectifs, veuillez consulter le portail à cet effet.

Plus spécifiquement, et conformément au Plan stratégique 2019-2023, le MSSS demande aux différents établissements d’assurer le suivi des indicateurs suivants afin de réduire le temps d’attente à l’urgence et d’atteindre les cibles établies :

Indicateur Cible
2019-2020
Cible
2020-2021
Cible
2021-2022
Cible
2022-2023
Délai moyen de PEC médicale à l’urgence pour la clientèle ambulatoire 145 minutes 120 minutes 110 minutes 90 minutes
Durée moyenne de séjour pour la clientèle sur civière 13,5 heures 13 heures 15 heures 14 heures

Dans un souci d’optimisation de la performance des services d’urgence, mais surtout afin d’assurer une vigie de la fluidité en amont, en intra et en aval, un tableau de bord Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. a été créé et mis à la disposition des intervenants impliqués dans la gestion de la fluidité hospitalière.

Seules les personnes autorisées ont accès au contenu du Tableau de bord dynamique. Pour une demande d’accès, veuillez écrire au dsu@msss.gouv.qc.ca.

Dernière mise à jour : 05 mai 2022, 11:45

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Haut de page