Ministère de la Santé et des Services sociaux

Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Ressources humaines

Organisation de l'équipe en soins infirmiers

Un important projet pilote permettant de baliser la répartition de la charge de travail au sein des effectifs infirmiers est toujours en cours au MSSS et des travaux se poursuivent. D’après ces conclusions, des standards pourront être établis quant à la quantification des plans d’effectifs infirmiers par rapport à la charge de travail des usagers. Les recommandations seront inscrites à cette section dès que les rapports auront été conclus.

Le nombre de personnes composant l’équipe en soins infirmiers à l’urgence est établi en fonction du nombre d’usagers et de la complexité des situations cliniques. On privilégie la composition d’une équipe en nombre suffisant pour disposer d’une marge de manœuvre afin de répondre adéquatement aux besoins durant les pics d’activités et les heures de pause et de repas. Pour assurer des soins sécuritaires, il faut assigner à chaque usager une infirmière selon le secteur d’activité. En plus de l’équipe de base, on prévoit des mécanismes rapides de renfort selon la nécessité.

Il est essentiel d’assurer la présence d’au moins une infirmière au triage 24 heures par jour. Pour établir un plan d’effectifs acceptable dans ce secteur, il est primordial d’analyser le niveau d’activité en fonction des normes établies de l’ÉTG. Par la suite, le gestionnaire s’assure que la couverture infirmière dans ce secteur névralgique y est établie en conséquence.

Lorsque le volume d’activité le justifie et lorsqu’il y a un médecin consacré à ce secteur, une infirmière est présente en tout temps dans l’aire ambulatoire. Octroyant des soins en dyade, l’infirmière peut aussi être secondée par une infirmière auxiliaire pour effectuer des interventions procédurales correspondant à son Champs d’exercices Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre..

La présence constante d’une infirmière est prévue dans l’aire de réanimation lorsqu’il y a un usager. Lorsque l’infirmière n’a pas d’usager sous sa responsabilité, elle apporte son aide à ses collègues des autres secteurs de l’urgence. En raison de l’imprévisibilité des situations dans l’aire de réanimation, il est préférable que l’infirmière qui y est affectée puisse rapidement être dégagée de toutes autres fonctions afin de prendre en charge un nouvel usager. Une équipe de deux ou trois infirmières est souvent nécessaire auprès d’un usager en salle de réanimation ou s’il y a plusieurs usagers présents simultanément. L’organisation du travail au sein de l’équipe prévoit ces situations. Les rôles doivent être établis et connus de tous.

Les usagers qui sont installés dans l’aire des civières subissent habituellement de nombreuses interventions en peu de temps et demandent une surveillance étroite afin de déceler et de traiter les complications liées à leur état. Un plan d’effectifs en soins infirmiers est établi en fonction des caractéristiques de ces usagers. Pour la clientèle dont l’état est stable ou, par exemple, en attente d’une hospitalisation, l’infirmière auxiliaire peut collaborer avec l’infirmière à la prestation de soins en dyade. Cette dyade permet également d’ajuster leur charge de travail en fonction de la complexité des situations cliniques des usagers et d’augmenter, lorsque possible, les usagers sous leur responsabilité.

Dans un souci d’efficience et de pertinence, il est d’intérêt, pour les DSMU faisant face à un achalandage important, d’évaluer la possibilité de consacrer une partie de l’aire des civières aux usagers ayant déjà eu une PEC médicale. Les usagers ayant recours à d’autres investigations ou traitements avant une prise de décision finale (admission, observation, congé) peuvent aussi y être regroupés. Cette organisation peut aussi se faire en divisant la charge de travail relativement à la couverture médicale plutôt qu’en changeant les usagers d’un secteur physique à l’autre. La concentration de ce type d’usagers dans une aire permet aussi de limiter les déplacements inutiles du personnel soignant.

Certaines variables peuvent influencer le plan d’effectifs des soignants auprès de la clientèle, comme le nombre de nouveaux usagers, le degré de complexité des situations cliniques ou le niveau d’expertise des professionnels. De plus, certaines urgences dont le volume d’activités est faible disposent d’une seule aire de civières, sans distinction en ce qui concerne le monitorage.

Les structures de postes ont longtemps privilégié un nombre moindre d’infirmières le soir et la fin de semaine, alors que les besoins sont tout aussi importants. On trouve davantage de postes vacants et de nouveau personnel durant les heures de service de soir, de nuit et de fin de semaine. Il s’avère d’autant plus important d’assurer un soutien clinique durant ces périodes. Une réflexion doit être amorcée sur la répartition traditionnelle des postes, pour tous les titres d’emploi, de l’instauration de la rotation à la façon d’assurer une présence suffisante du personnel expérimenté au cours de ces différents quarts de travail. Les ressources requises pour tous titres d’emploi doivent être adaptées en fonction des besoins ciblés de la clientèle de chacune des urgences.

Dernière mise à jour : 12 juillet 2021, 10:49

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Haut de page