Ministère de la Santé et des Services sociaux

Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Orientations et organisation du réseau

Organismes du réseau

Les services et soins qui assurent le parcours sont nombreux et ont chacun une mission à l’intérieur du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS). Ces divers organismes ou établissements visent à fournir des services de qualité à la population de leur territoire. Leurs rôles respectifs sont brièvement définis.

Réseau universitaire intégré de santé et de services sociaux

L’épisode de soins peut comprendre le recours à des services tertiaires régionaux ou suprarégionaux. Compte tenu de la complexité et de la gravité de leur état, certains usagers ont besoin de l’intervention de médecins spécialistes de centres tertiaires, notamment en cardiologie, en neurochirurgie, en traumatologie ou en pédiatrie.

Le RUISSS a pour fonction de favoriser la complémentarité et l’intégration des missions relatives aux soins, à l’enseignement et à la recherche de tous les établissements de santé d’un même réseau ayant une désignation universitaire, et de faciliter la concertation entre ces établissements. Il aide aussi les régions de son territoire à maintenir la compétence de leurs professionnels et de leurs médecins et leur apporte le soutien en ce qui a trait aux services à la population. Dans un esprit de partenariat, l’objectif des RUISSS est de favoriser la collaboration entre les établissements, les universités et les hôpitaux universitaires afin de mieux coordonner les soins, l’enseignement, la recherche et l’évaluation des technologies.

Chaque RUISSS est responsable d’un territoire qui lui est propre, incluant les territoires situés à proximité des établissements qui lui sont associés. En outre, le RUISSS collabore avec les établissements des territoires des régions périphériques, intermédiaires et plus éloignées dont il est responsable.

Chaque établissement membre d’un RUISSS offre des services dans le ou les domaines d’expertise qui lui sont reconnus. Les corridors de services y sont bidirectionnels et leurs modalités de fonctionnement font l’objet d’ententes formelles entre les établissements membres du RUISSS et les établissements de son territoire.

Un établissement membre d’un RUISSS fournit des soins et des services de deuxième ligne à une ou des instances locales de son territoire, si le MSSS juge qu’une telle contribution est nécessaire. Les établissements universitaires de santé membres d’un RUISSS viennent en aide aux établissements de leur territoire qui ont de la difficulté à assurer les soins de deuxième ligne à leur population. Il peut s’agir, par exemple, d’une aide ponctuelle lorsqu’il y a interruption des services ou, mieux encore, d’une aide visant à prévenir de telles interruptions à court, moyen et long terme.

Centres intégrés et centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CISSS/CIUSSS)

Les 22 CISSS/CIUSSS sont responsables de l’organisation des services de santé et des services sociaux sur leur territoire. Cette structure vise à mieux prendre en charge les clientèles en situation de vulnérabilité, tout particulièrement les personnes aînées en perte d’autonomie, les personnes vivant avec des incapacités, les jeunes en difficulté, les personnes vivant avec un problème de santé mentale ou aux prises avec un cancer et celles souffrant de maladies chroniques.

Le CISSS/CIUSSS est responsable de définir un projet clinique qui détermine :

  • les besoins sociosanitaires et les particularités de la population en fonction de l’état de santé et de bien-être de celle-ci;
  • les objectifs poursuivis en vue d’améliorer la santé et le bien-être de la population;
  • les services requis pour satisfaire les besoins et les particularités de la population;
  • les modes d’organisation et les contributions attendues des différents partenaires de ce réseau.

Afin de définir son projet clinique et organisationnel, le CISSS/CIUSSS, pour le territoire de son réseau, fait appel à la collaboration des établissements offrant des services spécialisés et surspécialisés, des divers groupes de professionnels, des organismes communautaires, des entreprises d’économie sociale, des ressources privées et des intervenants des autres secteurs d’activité ayant une influence sur les services de santé et les services sociaux. L’ensemble de la planification aura pour but de créer un parcours de soins local intégré devant répondre aux besoins sanitaires de la population du territoire concerné. La fluidité des interfaces entre chacun des maillons de ce continuum permet d’adapter les services aux fluctuations de la demande.

Les centres hospitaliers, pour la plupart, sont intégrés à un CISSS/CIUSSS en vue d’améliorer la continuité des soins. Ils offrent notamment des services d’urgence, des services d’hospitalisation pour les soins aigus et des services diagnostiques (laboratoire et radiologique) selon leur vocation. La qualité de leurs liens avec les autres composantes du réseau de la santé et des services sociaux est essentielle pour leur bon fonctionnement et pour éviter qu’ils soient perpétuellement engorgés.

Le centre local de services communautaires (CLSC) offre, en première ligne, des services de santé et des services sociaux courants et, à la population du territoire qu’il dessert, des services de nature préventive ou curative, de réadaptation ou de réinsertion, ainsi que des activités de santé publique. Le centre intégré qui assume cette mission doit s’assurer que les personnes ayant besoin de tels services pour elles-mêmes ou pour leurs proches sont jointes, que leurs besoins sont évalués et que les services requis leur sont fournis à l’intérieur de ses installations ou dans le milieu de vie des personnes, c’est-à-dire à l’école, au travail ou à domicile. Au besoin, il s’assurera que ces personnes sont dirigées vers les centres, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide.

Les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) offrent principalement des services d’hébergement pour les personnes en perte d’autonomie ainsi que certains services alternatifs, dont l’hébergement temporaire ou les lits de répit. Les services sociaux du CISSS/CIUSSS déterminent quelles sont les personnes qui nécessitent un hébergement. Par la suite, les différentes instances concernées agissent en toute diligence pour que les usagers dont l’état nécessite un hébergement ne souffrent d’aucun délai d’attente.

Vous pouvez consulter la Mission des établissements de santé et services sociaux.

Centres hospitaliers universitaires et instituts

Également appelés établissements non fusionnés, les centres hospitaliers universitaires et certains instituts ne sont pas intégrés aux CISSS/CIUSSS. Les soins de santé et de services sociaux peuvent être dispensés dans plusieurs de leurs installations. Ils ont l’obligation d’assurer des services et de desservir la population de plus d’un territoire de CISSS/CIUSSS. Il est toutefois nécessaire qu’ils établissent des liens avec les autres CISSS/CIUSSS de proximité et que des ententes formelles soient établies entre ces établissements, selon les besoins.

Les centres hospitaliers universitaires et instituts, en plus de leur responsabilité vis-à-vis leur population de proximité, ont une responsabilité suprarégionale qui est précisée à l’intérieur des RUISSS. Ils offrent principalement des services ultraspécialisés aux personnes qui les requièrent. Les hôpitaux régionaux offrent certains services spécialisés à la population de leur territoire en complémentarité avec les hôpitaux hors de leur région.

Centres de réadaptation

Les centres de réadaptation jouent un rôle primordial dans le parcours de soins pour certaines catégories d’usagers, notamment ceux ayant besoin de recouvrer leur autonomie fonctionnelle après un accident, une chirurgie ou certaines maladies et pour qui les services de réadaptation à domicile ne sont pas suffisants. Ces usagers ont besoin d’une réadaptation plus intensive qui nécessite les services d’un centre de réadaptation.

Les centres de réadaptation en dépendance (CRD) ont quant à eux pour mission d'améliorer l'état de santé et de bien-être, la qualité de vie et l'intégration sociale des personnes ayant des problèmes d'alcool, de drogue, de jeu et de cyberdépendance et de leur entourage par le biais de services spécialisés en dépendance. Ces services sont l’évaluation spécialisée en dépendance, les services de réadaptation externes et avec hébergement, la réinsertion sociale, la gestion de l’intoxication, les services externes intensifs de gestion du sevrage et les services de gestion du sevrage avec hébergement sous supervision psychosociale, ainsi que le soutien à l’entourage des personnes dépendantes.

Sites cliniques

Les médecins de famille travaillent soit dans une clinique privée, un des GMF ou GMF-R, et sont un maillon essentiel dans la prestation des soins à l’usager à l’intérieur de la communauté. On rappelle ici l’importance de l’accessibilité à un médecin de famille et aux professionnels de la santé. Toutefois, il importe de rappeler le rôle des infirmières praticiennes spécialisées et des infirmières cliniciennes dans la prise en charge des différentes clientèles dans l’un ou l’autre des sites cliniques.

Réseaux sociaux et communautaires

Les organismes communautaires sont des organismes sans but lucratif qui offrent des services et des activités répondant à des besoins particuliers nommés par la population. En effet, de l’accompagnement en hébergement jusqu’au soutien à l’intervention, ces organismes couvrent une large gamme de services. Les organismes communautaires jouent un rôle complémentaire essentiel pour certaines clientèles, qu’il s’agisse d’un suivi ou d’une intervention en matière de violence conjugale ou d’agression sexuelle, d’une intervention auprès d’enfants victimes de négligence ou de violence, d’un groupe de soutien pour une personne qui a besoin de cheminer vers un mieux-être, d’un accompagnement individuel ou de groupe pour une personne qui rencontre des difficultés d’adaptation ou du transport-accompagnement pour une personne aînée qui a un rendez-vous médical.

Ces services communautaires peuvent aussi offrir des activités socioprofessionnelles et de répit pour les personnes ayant une déficience ou encore le dépistage pour les enfants présentant de potentiels retards de développement. De plus, ils offrent des services d’hébergement, que ce soit urgent, transitoire ou permanent. Il peut y avoir un hébergement transversal selon diverses problématiques, autant en violence conjugale qu’en itinérance ou en réinsertion sociale, ou encore pour une intervention psychosociale.

Enfin, rappelons que d’autres partenaires du RSSS jouent également un important rôle dans la dispensation des services de santé et des services sociaux. À titre d’exemple, les pharmacies communautaires, les ressources privées telles que des résidences pour personnes aînées, les entreprises d'économie sociales, les partenaires des autres secteurs (par exemple scolaire, municipal, services de garde, emploi, etc.) ont tout aussi un rôle avec le RSSS.

Dernière mise à jour : 12 juillet 2021, 10:35

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Haut de page