Ministère de la Santé et des Services sociaux

Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Vaccins

COVID-19 VV : vaccins à vecteur viral contre la COVID-19

Composition

Trois vaccins inactivés à vecteur viral contre la COVID-19 sont autorisés au Canada :

  • Vaxzevria (AstraZeneca);
  • Covishield (SII);
  • JAN COVID-19 (Janssen).

Les vaccins Vaxzevria et Covishield sont fabriqués selon la même technologie, car AstraZeneca a transféré sa technologie au SII. L’immunogénicité et l’innocuité des 2 produits sont jugés comparables par Santé Canada. Les vaccins Vaxzevria et Covishield utilisent un adénovirus simien non pathogène pour l’humain et non réplicatif, qui a été modifié pour encoder la protéine S du virus SRAS-CoV-2, responsable de la COVID-19. L’adénovirus a été cultivé sur des cellules rénales humaines.

Le vaccin JAN COVID-19 utilise un adénovirus humain non réplicatif, qui a été modifié pour encoder la protéine S du virus SRAS-CoV-2, responsable de la COVID-19. L’adénovirus a été cultivé sur des cellules rétiniennes humaines.

Chaque dose de 0,5 ml des vaccins Vaxzevria (vaccin AZ COVID-19) et Covishield contient :

  • 5 x 1010 particules virales;
  • du chlorhydrate de L-histidine monohydraté;
  • du chlorure de magnésium hexahydraté;
  • du chlorure de sodium;
  • de l’édétate (EDTA) disodique dihydraté;
  • de l’éthanol;
  • de la L-Histidine;
  • du Polysorbate 80;
  • du saccharose;
  • de l’eau pour injection.

Chaque dose de 0,5 ml du vaccin JAN COVID-19 contient :

  • 5 x 1010 particules virales;
  • de la 2-hydroxypropyl-β-cyclodextrine;
  • de l’acide citrique monohydraté;
  • de l’éthanol;
  • de l’acide chlorhydrique;
  • du Polysorbate 80;
  • du chlorure de sodium;
  • de l’hydroxyde de sodium;
  • du citrate trisodique dihydraté;
  • de l’eau pour injection.

Présentation

  • Vaxzevria :
    • Fiole multidose de 5 ml contenant 10 doses de vaccin, sans agent de conservation.
    • Le vaccin a l’aspect d’une solution incolore ou légèrement brunâtre qui varie de limpide à légèrement opaque sans contenir de particules.
  • Covishield :
    • Fiole multidose de 5 ml contenant 10 doses de vaccin, sans agent de conservation.
    • Le vaccin a l’aspect d’une solution incolore qui varie de limpide à légèrement opaque sans contenir de particules.
  • JAN COVID-19 :
    • Fiole multidose de 2,5 ml contenant 5 doses de vaccin, sans agent de conservation.
    • Le vaccin a l’aspect d’une suspension incolore ou jaunâtre qui varie de limpide à très opalescente sans contenir de particules.

Conservation

  • Vaxzevria :
    • Le vaccin doit être conservé entre 2 et 8 °C jusqu’à la date de péremption.
    • Le vaccin ne doit pas être congelé.
  • Covishield :
    • Le vaccin doit être conservé entre 2 et 8 °C jusqu’à la date de péremption.
    • Le vaccin ne doit pas être congelé.
  • JAN COVID-19 :
    • Le vaccin doit être conservé entre 2 et 8 °C jusqu’à la date de péremption.
    • Le vaccin ne doit pas être congelé.

Indications

Gratuite

Vacciner les personnes âgées de 18 ans et plus qui présentent une contre-indication ou qui refusent les vaccins COVID-19 ARNm ou le vaccin COVID-19 PRA (utiliser le Vaxzevria ou le Covishield ou le vaccin JAN COVID-19).

Bien que le Vaxzevria ou le Covishield soit autorisé au Canada pour les personnes âgées de 18 ans et plus, le CIQ recommande l’utilisation préférentielle des vaccins COVID-19 ARNm compte tenu de l’approvisionnement accru en vaccins COVID-19 ARNm et du faible risque de TTIV lié aux vaccins COVID-19 VV. Voir la section Manifestations cliniques observées.

Le CIQ recommande de ne plus administrer le Vaxzevria ou le Covishield pour la 1re ou la 2e dose, sauf si les vaccins COVID-19 ARNm ou les vaccins COVID-19 PRA sont contre-indiqués ou refusés.

Les personnes qui ont reçu une 1re dose de Vaxzevria ou de Covishield et qui désirent malgré tout recevoir une 2e dose de Vaxzevria ou Covishield pourraient la recevoir, à condition d’avoir été informées du risque de TTIV ainsi que de la recommandation du CIQ d’utiliser un vaccin COVID-19 ARNm et après avoir donné leur consentement. Voir Manifestations cliniques après la vaccination et Réponse au vaccin.

Pour plus de détails, voir le document Questions et réponses sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Contre‑indications

  • Anaphylaxie suivant l’administration d’une dose antérieure du même vaccin ou d’un autre produit ayant un composant identique, incluant le Polysorbate.
  • Antécédent, confirmé ou non, de TTIV après la 1re dose d’un vaccin COVID-19 VV.
  • Antécédent de thrombocytopénie induite par l’héparine.
  • Antécédent de syndrome de fuite capillaire idiopathique (maladie de Clarkson).

Précautions

Voir Vaccinologie pratique, Précautions, et Manifestations cliniques, Réactions d’hypersensibilité (ou réactions allergiques).

Une période d’observation de 30 minutes doit être respectée à la suite de l’administration d’un vaccin COVID-19 VV pour les personnes qui ont une histoire d’allergie immédiate (< 1 heure) non anaphylactique après l’administration d’un vaccin COVID-19 VV.

Les personnes ayant présenté un SGB dans les 6 semaines suivant l’administration d’un vaccin COVID-19 ARNm ou d’un vaccin COVID-19 VV pourraient recevoir une 2e dose après avoir discuté des avantages et des inconvénients avec leur médecin spécialiste, p.ex. un neurologue. Advenant la décision d’administrer une 2e dose, un vaccin COVID-19 ARNm devrait être considéré. Les personnes ayant présenté un SGB non lié à un vaccin, ou encore un SGB dans les 6 semaines suivant un autre vaccin que celui contre la COVID-19 devraient se voir offrir un vaccin COVID-19 ARNm. Voir la section Manifestations cliniques après la vaccination.

Le CIQ recommande la vaccination des femmes enceintes ou allaitantes, des personnes immunodéprimées et de celles atteintes d’une maladie auto-immune ou démyélinisante. Les vaccins COVID-19 ARNm sont à privilégier chez ces personnes à moins d’une contre-indication. Voir les sections COVID-19 ARNm, Contre-indications et Précautions.

Les personnes âgées de moins de 50 ans ayant présenté une myocardite ou une péricardite confirmée dans les 28 jours suivant l’administration d’une dose antérieure d’un vaccin COVID-19 VV peuvent recevoir une autre dose de vaccin après discussion des risques et des bénéfices avec un professionnel de la santé, qui tiendra compte d’éléments tels que la gravité de l’atteinte cardiaque, l’âge, le nombre de doses de vaccin déjà reçues. Chez les personnes âgées de 50 ans et plus, la balance penche en faveur des bénéfices de la vaccination. Toute personne qui décide d’être revaccinée pourra l’être lorsque son atteinte cardiaque sera résorbée et qu’au moins 90 jours se seront écoulés depuis la dernière dose de vaccin reçue. Quel que soit l’âge de la personne, le Comirnaty devrait être utilisé en raison de son taux rapporté de myocardite et de péricardite qui est plus faible que celui de Spikevax (voir COVID-19 ARNm).

Quel que soit leur âge, les personnes qui ont présenté des symptômes de myocardite ou de péricardite dans les 28 jours suivant leur vaccin, mais qui n’ont pas subi de bilan cardiaque ou dont le bilan cardiaque était normal, peuvent poursuivre la vaccination lorsque les symptômes sont résorbés et qu’au moins 90 jours se sont écoulés depuis la dernière dose de vaccin reçue.

Interchangeabilité

Le Vaxzevria et le Covishield sont interchangeables.

Le vaccin JAN COVID-19 n’est pas interchangeable avec les autres vaccins COVID-19 (vaccins COVID-19 ARNm, Vaxzevria et Covishield).

Le CIQ recommande de privilégier les vaccins COVID-19 ARNm pour la poursuite de la vaccination des personnes ayant débuté leur vaccination avec un vaccin COVID-19 VV, sauf si les vaccins COVID-19 ARNm sont contre-indiqués ou refusés.

Interactions

Le CIQ considère que les vaccins COVID-19 VV peuvent être administrés en même temps qu’un vaccin inactivé, un vaccin vivant atténué ou un TCT, ou à n’importe quel moment avant ou après.

En l’absence de données et pour éviter une interférence potentielle, le CIQ recommande de respecter un intervalle de 90 jours après l’administration d’anticorps monoclonaux contre la COVID‑19 ou de plasma de convalescent avant d’administrer un vaccin COVID-19 VV.

Manifestations cliniques après la vaccination

Voir Manifestations cliniques, Présentation des manifestations cliniques.

Un programme de surveillance passive des manifestations cliniques indésirables pouvant survenir après la vaccination (ESPRI) est en place au Québec depuis plusieurs années. De plus, dans le contexte de la campagne de vaccination contre la COVID-19, un programme de surveillance active est en place depuis janvier 2021.

Risque attribuable au vaccin

Vaxzevria et Covishield

L’innocuité de Vaxzevria a été établie à partir des données agrégées des études de phases 1, 2 et 3 menées au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud auprès de 23 745 adultes. La grande majorité des participants (91,1 %) étaient âgés de 18 à 64 ans. Les sujets recevaient soit le Vaxzevria ou le vaccin Men-C-ACWY, soit un placébo.

Une surveillance active a été effectuée auprès de 5 145 sujets. Les réactions les plus fréquemment rapportées après le Vaxzevria ont été douleur au site d’injection (54,2 %), ecchymoses (17,3 %), rougeur (14 %), prurit (12,7 %), œdème (10 %), céphalée (57,5 %), fatigue (62,3 %), myalgie (48,6 %), malaise (44,2 %), frissons (31,9 %), arthralgie (27,0 %), nausées (21,9 %) et fièvre à 38 °C ou plus (7,9 %).

La majorité des réactions débutaient le jour suivant la vaccination, étaient d’intensité légère ou modérée et duraient quelques jours. Les réactions étaient moins fréquentes et moins intenses après la 2e dose ainsi que chez les personnes âgées de 65 ans ou plus. L’intervalle entre les doses semblait aussi influencer la réactogénicité, qui était plus faible si la 2e dose était donnée 6 semaines ou moins après la 1re.

Pour ce qui est des réactions de forte intensité, après la 1re dose, 2 % ou plus des vaccinés âgés de 18 à 64 ans ont rapporté des frissons, de la fatigue, de la douleur musculaire, une céphalée et un malaise. Dans ce même groupe d’âge, la fièvre à 39 °C ou plus a été signalée chez 0,8 % des sujets vaccinés.

Le profil d’innocuité du vaccin Covishield est jugé comparable à celui de Vaxzevria.

DR Vaxzevria chez les personnes âgées de 18 à 64 ans
Réactions locales survenues au cours des 7 jours suivant la 1re et la 2e dose chez les participants âgés de 18 à 64 ans (Vaxzevria)

Réactions

1re dose - Vaccinés %
(n = 1 323)

1re dose - Témoins %
(n = 1 260)

1re dose - DR

2e dose - Vaccinés %
(n = 567)

2e dose - Témoins %
(n = 484)

2e dose - DR

Douleur

60,3

37,1

23,2*

34,4

32,6

1,8

Sensibilité

78,7

78,7

0,0

59,6

51,9

7,7*

Rougeur

2,6

1,8

0,8

1,1

0,8

0,2

Chaleur

17,4

14,1

3,3*

10,9

11,6

-0,7

Démangeaisons

6,5

4,4

2,1*

4,2

2,7

1,5

Enflure

2,9

2,3

0,6

0,9

1,0

-0,1

Induration

3,0

2,2

0,8

0,7

2,3

-1,6

*Différence statistiquement significative.

Réactions systémiques survenues au cours des 7 jours suivant la 1re et la 2e dose chez les participants âgés de 18 à 64 ans (Vaxzevria)

Réactions

1re dose - Vaccinés %
(n = 1 323)

1re dose - Témoins %
(n = 1 260)

1re dose - DR

2e dose - Vaccinés %
(n = 573)

2e dose - Témoins %
(n = 486)

2e dose - DR

Fièvre

11,6

0,4

11,2*

0,7

0,6

0,1

État fébrile

38,5

9,9

28,6*

12,0

6,8

5,2*

Frissons

37,2

7,6

29,6*

6,5

5,4

1,1

Arthralgie

28,0

9,0

19,0*

11,6

6,6

5,0*

Myalgie

52,3

23,8

28,5*

25,6

15,3

10,3*

Fatigue

64,6

46,2

18,4*

43,0

33,7

9,3*

Céphalée

61,1

42,3

18,8*

38,3

29,5

8,8*

Malaise

47,9

18,5

29,4*

21,5

13,4

8,1*

Nausées

23,9

12,1

11,8*

9,7

10,1

-0,4

Vomissements

1,7

0,8

0,9*

0,9

0,4

0,5

*Différence statistiquement significative.

DR Vaxzevria chez les personnes âgées de 65 ans et plus
Réactions locales survenues au cours des 7 jours suivant la 1re et la 2e dose chez les participants âgés de 65 ans et plus (Vaxzevria)

Réactions

1re dose - Vaccinés %
(n = 399)

1re dose - Témoins %
(n = 318)

1re dose - DR

2e dose - Vaccinés %
(n = 256)

2e dose - Témoins %
(n = 223)

2e dose - DR

Douleur

22,8

13,8

9,0*

10,2

4,9

5,3*

Sensibilité

50,6

29,6

21,0*

32,0

18,4

13,6*

Rougeur

2,3

0,9

1,4

0,4

0

0,4

Chaleur

10,5

6,6

3,9

3,5

3,6

-0,1

Démangeaisons

3,5

4,7

-1,2

2,3

1,8

0,5

Enflure

2,0

0,3

1,7

0,8

0,4

0,4

Induration

1,3

0

1,3

0,4

0

0,4

*Différence statistiquement significative.

Réactions systémiques survenues au cours des 7 jours suivant la 1re et la 2e dose chez les participants âgés de 65 ans et plus (Vaxzevria)

Réactions

1re dose - Vaccinés %
(n = 399)

1re dose - Témoins %
(n = 318)

1re dose - DR

2e dose - Vaccinés %
(n = 265)

2e dose - Témoins %
(n = 227)

2e dose - DR

Fièvre

1,0

0,3

0,7

0

0

0

État fébrile

9,3

4,4

4,9*

4,3

3,1

1,2

Frissons

10,8

3,8

7,0*

2,0

2,7

-0,7

Arthralgie

13,0

7,5

5,5*

7,4

6,7

0,7

Myalgie

22,6

11,3

11,3*

13,7

8,5

5,2

Fatigue

40,9

27,4

13,5*

27,0

21,1

5,9

Céphalée

31,8

24,2

7,6*

19,9

14,3

5,6

Malaise

17,3

10,1

7,2*

9,8

6,7

3,1

Nausées

8,0

6,9

1,1

5,5

3,1

2,4

Vomissements

0,3

0,6

-0,3

0

0,4

-0,4

*Différence statistiquement significative.

Vaccin JAN COVID-19

Les données sur l’innocuité du vaccin JAN COVID-19 proviennent d’une étude de phase 3 menée en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Afrique du Sud. Près de 44 000 sujets âgés de 18 ans et plus ont reçu le vaccin JAN COVID‑19 ou un placébo. Dans le groupe des vaccinés, 35 % étaient âgés de 60 ans et plus. Au moment de l’analyse, le suivi médian était de 58 jours, et 56 % des sujets avaient été suivis pendant au moins 8 semaines. La proportion des réactions indésirables graves rapportée a été similaire dans les 2 groupes (0,4 %).

Une surveillance active a été effectuée auprès de 6 736 participants pendant 7 jours après la vaccination pour des effets indésirables sollicités et pendant 28 jours après la vaccination pour des effets indésirables non sollicités. Une douleur au site d’injection a été la réaction locale la plus fréquemment rapportée (49 %). Les réactions systémiques les plus fréquentes étaient céphalée (39 %), fatigue (38 %), myalgie (33 %) et nausées (14 %).

Les réactions indésirables étaient généralement plus fréquentes chez les participants plus jeunes. La plupart des réactions survenaient dans les 2 jours suivant la vaccination, étaient d’intensité légère ou modérée et duraient de 2 à 3 jours. De la fièvre (≥ 38 ℃) a été rapportée chez 13 % des vaccinés âgés de 18 à 59 ans et chez 3,1 % des vaccinés âgés de 60 ans et plus.

Des réactions d’hypersensibilité ont été signalées chez 0,4 % des participants ayant reçu le vaccin et chez 0,3  % des participants ayant reçu le placébo. Des événements thromboemboliques sont survenus chez 15 participants ayant reçu le vaccin et chez 10 participants ayant reçu le placébo. Aucune différence n’a été observée entre le groupe vacciné et le groupe témoin pour le SGB et la paralysie faciale (paralysie de Bell).

RAV JAN COVID‑19 chez les personnes âgéEs de 18 à 59 ans
Réactions locales survenues au cours des 7 jours suivant la vaccination chez les participants âgés de 18 à 59 ans (JAN COVID-19)

Réactions

Vaccinés %
(n = 2 036)

Témoins %
(n = 2 049)

RAV

Douleur

58,6

17,4

41,2*

Rougeur, érythème

9,0

4,3

4,7*

Œdème, gonflement

7,0

1,6

5,4*

*Différence statistiquement significative.

Réactions systémiques survenues au cours des 7 jours suivant la vaccination chez les participants âgés de 18 à 59 ans (JAN COVID-19)

Réactions

Vaccinés %
(n = 2 036)

Témoins %
(n = 2 049)

RAV

Céphalée

44,4

24,8

19,6*

Fatigue

43,8

22,0

21,8*

Myalgie

39,1

12,1

27,0*

Nausées

15,5

8,9

6,6*

Fièvre

12,8

0,7

12,1*

*Différence statistiquement significative.

RAV JAN COVID‑19 chez les personnes âgées de 60 ans et plus
Réactions locales survenues au cours des 7 jours suivant la vaccination chez les participants âgés de 60 ans et plus (JAN COVID-19)

Réactions

Vaccinés %
(n = 1 320)

Témoins %
(n = 1 331)

RAV

Douleur

33,3

15,6

17,7*

Rougeur, érythème

4,6

3,2

1,4

Œdème, gonflement

2,7

1,6

1,1*

*Différence statistiquement significative.

Réactions systémiques survenues au cours des 7 jours suivant la vaccination chez les participants âgés de 60 ans et plus (JAN COVID-19)

Réactions

Vaccinés %
(n = 1 320)

Témoins %
(n = 1 331)

RAV

Céphalée

30,4

22,1

8,3*

Fatigue

29,7

20,8

8,9*

Myalgie

24,0

13,7

10,3*

Nausées

12,3

10,8

1,5

Fièvre

3,1

0,5

2,6*

*Différence statistiquement significative.

Manifestations cliniques observées
Vaxzevria et Covishield

Parmi les réactions graves ou inhabituelles qui ont été signalées chez l’ensemble des participants aux études cliniques, on a noté 1 cas de myélite transverse et 1 cas de sclérose en plaques qui sont survenus 2 semaines et 10 jours respectivement à la suite de la vaccination avec le Vaxzevria. On a également observé 1 cas de myélite transverse dans le groupe témoin (vaccin Men-C-ACWY). Après investigation, il s’est avéré que le cas de sclérose en plaques présentait déjà des lésions cérébrales avant la vaccination.

La lymphadénopathie, le prurit et les éruptions cutanées sont des effets indésirables reconnus du vaccin Men-C-ACWY utilisé dans le groupe témoin, mais ces effets sont peu fréquents. Autant dans le groupe ayant reçu le Vaxzevria que dans le groupe ayant reçu le vaccin Men-C-ACWY, la fréquence de la lymphadénopathie était de 0,3 % et les fréquences du prurit et des éruptions cutanées étaient de 0,2 %. Pour le vaccin Covishield, de la diarrhée a été rapportée chez moins de 10 % des cas.

Le profil de réactions indésirables à la suite de la vaccination était similaire entre les participants avec ou sans preuve sérologique d’une infection antérieure au SRAS-CoV-2.

À la suite de l’administration de plusieurs millions de doses de Vaxzevria en Europe et au Royaume-Uni, des cas de thrombose avec thrombocytopénie, dont certains accompagnés de saignements, ont été observés. Ce syndrome, appelé TTIV, comprend des cas graves de thrombose veineuse ainsi que des cas de thrombose artérielle en concomitance avec une thrombocytopénie. Parmi les thromboses veineuses, certaines, telles que la thrombose du sinus veineux cérébral ou de la veine mésentérique, touchaient des sites inhabituels. La grande majorité de ces cas sont survenus dans les 7 à 14 jours (étendue de 4 à 20 jours) suivant la vaccination. Certains cas sont décédés. Quelques cas de TTIV ont été signalés au Canada et au Québec à la suite de l’administration de la 1re dose de Vaxzevria et de Covishield, pour un taux d’environ 1/60 000 doses administrées. Après la 2e dose, ce taux est estimé à 1/600 000 doses administrées selon les données du Royaume-Uni.

De très rares cas de syndrome de fuite capillaire ont été observés dans les premiers jours suivant l’administration de Vaxzevria, avec quelques décès. Certains des cas avaient des antécédents de syndrome de fuite capillaire idiopathique. Ce syndrome est une maladie rare caractérisée par des épisodes aigus d’œdème des membres, d’hypotension, d’hémoconcentration et d’hypoalbuminémie.

Des études réalisées en Europe ont comparé un calendrier mixte comportant 1 dose de Vaxzevria suivie de 1 dose de Comirnaty de 8 à 12 semaines plus tard à un calendrier comportant exclusivement le Vaxzevria ou encore le Comirnaty. Ces études n’ont pas démontré d’augmentation des réactions locales ou systémiques avec le calendrier mixte lorsqu’un intervalle de 8 semaines ou plus entre les doses était utilisé.

En Angleterre, un risque accru de myocardite/péricardite a été observé à la suite de l’administration de Vaxzevria chez des personnes âgées de 40 ans et plus.

De rares cas de SGB ont été rapportés à la suite de l’administration de Vaxzevria et de Covishield lors de la surveillance postcommercialisation. En date du 31 juillet 2021, 833 cas de SGB ont été rapportés à la suite de l’administration de 592 millions de doses de Vaxzevria dans dans le monde.

Vaccin JAN COVID-19

Dans les études cliniques, des événements thromboemboliques sont survenus chez 15 participants ayant reçu le vaccin et chez 10 participants ayant reçu le placébo. Chez les vaccinés, les cas où l’on n’a pu exclure le vaccin comme facteur contributoire incluaient 1 cas de thrombose veineuse cérébrale (sinus transverse), 2 cas de thrombophlébite profonde, 1 cas d’embolie pulmonaire et 1 cas d’hémiparésie. Le cas de thrombose veineuse cérébrale avec thrombocytopénie, qui a été associé par la suite au syndrome TTIV, est survenu chez un sujet masculin âgé de 26 ans. Aucune différence n’a été observée entre le groupe vacciné et le groupe témoin pour le SGB ou la paralysie faciale (paralysie de Bell). Aucun décès lié au vaccin n’a été signalé durant l’étude de phase 3.

Lors de la surveillance postcommercialisation du vaccin JAN COVID-19 aux États-Unis, des cas de thrombose avec thrombocytopénie ont été signalés, ce qui a entraîné une suspension temporaire de l’utilisation de ce vaccin. En date du 21 avril 2021, 15 cas de thrombose avec thrombocytopénie ont été confirmés aux États-Unis sur près de 8 millions de doses administrées, pour un taux global de 1,9 cas par million de doses. La majorité des cas (12/15) présentait une thrombose du sinus veineux cérébral. Tous les cas confirmés sont survenus chez des femmes âgées de 18 à 59 ans, le taux le plus élevé ayant été observé chez les 30-39 ans. Le délai médian entre la vaccination et le début des symptômes était de 8 jours, allant de 6 à 15 jours. Trois cas sont décédés. La surveillance se poursuit.

Aux États-Unis, un risque accru de myocardite/péricardite a été observé à la suite de l’administration du vaccin JAN COVID-19 chez des personnes âgées de 45 ans et plus.

De rares cas de SGB ont été rapportés à la suite de l’administration du vaccin JAN COVID-19 lors de la surveillance postcommercialisation. Aux États-Unis, environ 1 cas de SGB a été rapporté par 100 000 doses de vaccin JAN COVID-19 administrées.

Administration

Pour plus de détails sur l’administration des vaccins, voir le document Questions et réponses sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Pour la vaccination d’une personne ayant fait la COVID-19, voir Calendrier de Vaxzevria, Covishield et JAN COVID-19 ainsi que Réponse au vaccin.

Vaxzevria et Covishield

Pour le Vaxzevria ou le Covishield, administrer 0,5 ml du format multidose par voie IM.

Une fiole entamée de Vaxzevria ou de Covishield peut être conservée au réfrigérateur entre 2 et 8 °C pendant 48 heures et doit être utilisée pendant la même période de temps, à condition que les mesures de conservation et d’asepsie soient respectées.

On peut prélever une dose en combinant 2 fioles différentes si certaines conditions sont respectées (voir Administration des produits immunisants, Préparation des produits immunisantsFiole multidose).

Pour préparer le Vaxzevria ou le Covishield :

  • Ne pas reconstituer le vaccin.
  • Observer le vaccin. Ne pas administrer le vaccin s’il y a des particules ou de la décoloration.

Vaccin JAN COVID-19

Administrer 0,5 ml du format multidose par voie IM.

Une fiole entamée du vaccin JAN COVID-19 peut être conservée au réfrigérateur entre 2 et 8 °C pendant 6 heures et doit être utilisée pendant la même période de temps, à condition que les mesures de conservation et d’asepsie soient respectées.

On peut prélever une dose en combinant 2 fioles différentes si certaines conditions sont respectées (voir Administration des produits immunisants, Préparation des produits immunisants, Fiole multidose).

Pour préparer le vaccin JAN COVID-19 :

  • Ne pas reconstituer le vaccin.
  • Observer le vaccin. Ne pas administrer le vaccin s’il y a des particules ou de la décoloration.
  • Mélanger soigneusement le contenu de la fiole multidose en la faisant tourner doucement en position verticale pendant 10 secondes. Ne pas secouer la fiole.
Calendrier de Vaxzevria, Covishield et JAN COVID-19

Âge

Nombre de doses

Précisions

Voir la section COVID-19 ARNm, Administration pour les recommandations de doses de rappel.

Un intervalle de 8 semaines ou plus entre les doses est recommandé pour le calendrier mixte (Vaxzevria ou Covishield suivi d’un vaccin COVID-19 ARNm). L’intervalle minimal pour ce calendrier mixte est de 4 semaines.

Le CIQ recommande une dose additionnelle d’un vaccin COVID-19 ARNm aux personnes ayant reçu 1 dose de vaccin JAN COVID-19 suivie par 1 dose de rappel avec un vaccin COVID-19 ARNm 3 mois ou plus après la dose additionnelle. Une dose de rappel avec un vaccin COVID-19 ARNm 3 mois ou plus après la 2e dose est également recommandée aux personnes ayant reçu 2 doses de Vaxzevria ou Covishield pour leur série primaire et qui n’ont reçu aucune dose de vaccin COVID-19 ARNm. Voir Vaccins, COVID-19 ARNm, Administration, Calendrier pour la dose de rappel de Spikevax et Comirnaty. Pour les personnes ayant fait une infection à la COVID-19, voir Vaccination des personnes avec antécédent d’infection à la COVID-19.

Pour les personnes immunodéprimées ou dialysées qui ont déjà reçu un vaccin COVID-19 VV, le CIQ recommande d'administrer un vaccin COVID-19 ARNm pour la ou les doses suivantes. Pour plus de précisions, voir le document Questions et réponses sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

18 ans et plus
(Vaxzevria et Covishield)

2

0,5 ml par voie IM

Intervalle recommandé : 8 semaines ou plus

Intervalle minimal : 4 semaines

18 ans et plus
(JAN COVID-19)

1

0,5 ml par voie IM

Vaccination des personnes avec antécédent d’infection à la COVID-19 confirmée par TAAN ou par TDAR

Le CIQ recommande de respecter un intervalle de 3 mois ou plus (intervalle minimal de 8 semaines) entre une infection confirmée à la COVID-19 et un vaccin contre la COVID-19. Cependant, si des circonstances exceptionnelles le justifient (ex. : avant le début d’un traitement immunosuppresseur), un intervalle de 21 jours ou plus peut être appliqué.

Le CIQ recommande d’administrer 1 dose de vaccin en primovaccination aux personnes ayant fait une infection à la COVID-19 confirmée à la COVID-19. Pour les personnes dont l’infection a débuté moins de 21 jours avant la 1re dose ou est survenue après la 1re dose, administrer 2 doses au total. Voir Indications pour les précisions sur les clientèles pouvant recevoir les vaccins COVID-19 VV. Par ailleurs, toute personne ayant déjà fait la COVID-19 peut choisir de recevoir une 2e dose de vaccin, par exemple pour satisfaire à une exigence douanière lors d’un voyage.

Pour les personnes visées par la recommandation d'une dose de rappel de vaccin et ayant fait l’infection à la COVID-19, on administrera un total de 2 doses de vaccin COVID-19. Si ces personnes ont déjà reçu au moins 2 doses de vaccin COVID-19 ARNm, COVID-19 PRA, ou COVID-19 VV avant ou après l’infection, une dose de rappel n’est pas nécessaire, mais peut être administrée si la personne le demande.

Les personnes immunodéprimées ou dialysées doivent recevoir 3 doses pour la primovaccination, peu importe qu’elles aient fait l’infection à la COVID-19 ou non. Pour les doses de rappel des personnes immunodéprimées ou dialysées âgées de 12 ans ou plus qui ont fait l’infection, un intervalle de 4 semaines ou plus après l’infection est recommandé.

Voir le document Questions et réponses sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

On peut vacciner une personne indépendamment de ses antécédents d’infection à la COVID-19 après la fin de l’épisode aigu, notamment pour éviter de confondre les symptômes de la maladie avec les manifestations cliniques pouvant survenir à la suite de la vaccination, ainsi qu’après la fin de la période d’isolement. Voir la Directive sur l'application des recommandations concernant la gestion des cas et des contacts dans le contexte de la circulation du variant Omicron.

Réponse au vaccin

Immunogénicité

Vaxzevria et Covishield

Les données sur l’immunogénicité proviennent d’analyses effectuées sur un groupe de plus de 800 sujets vaccinés. Les taux de séroconversion mesurés après 1 mois étaient très élevés, correspondant à plus de 98 % après la 1re dose et plus de 99 % après la 2e dose. L’immunogénicité était comparable chez les participants ayant une ou plusieurs comorbidités et chez les participants âgés de 65 ans et plus. Des titres d’anticorps neutralisants plus élevés ont été observés lorsque l’intervalle entre les doses était de plus de 8 semaines.

La réponse immunitaire cellulaire a été mesurée chez plus de 400 personnes réparties entre 2 groupes, soit le groupe des personnes ayant reçu le Vaxzevria et un groupe témoin. Chez les vaccinés, la réponse immunitaire cellulaire augmentait dès le 7e jour après la 1re dose, atteignait un plateau après 14 jours et se maintenait après la 2e dose.

Une analyse subséquente de 4 études avec un plus grand nombre de sujets a démontré une meilleure réponse chez les personnes âgées de 18 à 64 ans que chez les personnes âgées de 65 ans ou plus.

Chez les personnes ayant des anticorps sériques dirigés contre la protéine S, la 1re dose de Vaxzevria induit une augmentation des titres d’anticorps mais il n’y a pas eu d’autre augmentation notée après la 2e dose, contrairement à ce qui a été observé chez les personnes n’ayant pas d’anticorps détectables au départ.

L’immunogénicité de Covishield est comparable à celle de Vaxzevria.

Des études réalisées en Europe ont comparé un calendrier mixte comportant 1 dose de Vaxzevria suivie de 1 dose de Comirnaty de 8 à 12 semaines après à des calendriers comportant exclusivement le Vaxzevria ou encore le Comirnaty. Le calendrier mixte procurerait une meilleure immunogénicité que 2 doses de Vaxzevria, notamment contre certains variants. La réponse immunitaire obtenue avec 1 dose de Vaxzevria suivie de 1 dose de Comirnaty serait comparable à la réponse obtenue avec 2 doses de Comirnaty.

Vaccin JAN COVID-19

Les résultats d’une étude chez l’humain ont montré une réponse en anticorps neutralisants et non neutralisants chez 100 % des participants avec 1 dose ainsi qu’une réponse cellulaire des lymphocytes CD4+ et CD8+ chez une grande majorité des participants. Les niveaux d’anticorps ont eu tendance à augmenter jusqu’au 71e jour après la vaccination.

Efficacité

Vaxzevria et Covishield

Le Vaxzevria montrait une efficacité élevée contre l’infection à la COVID-19 ainsi que contre les hospitalisations dues à la COVID-19 dans les études cliniques avant son autorisation. Par contre ces études ont été réalisées avant l’apparition des variants Delta et Omicron. Une revue de littérature effectuée par l’INSPQ a conclu que l’efficacité des vaccins COVID-19 contre les infections dues au variant Delta demeure globalement élevée après 2 doses. Pour le Vaxzevria, elle serait d’environ 67 % contre les infections symptomatiques de la COVID-19 et serait encore plus élevée contre les hospitalisations dues à la COVID-19, environ 92 %.

Des données québécoises indiquent une efficacité moins élevée à la suite de 2 doses de Vaxzevria ou de Covishield (66 %) comparativement aux vaccins à ARNm (de 87 à 90 %) pour prévenir les infections dues au variant Delta. Cependant, l’efficacité contre les hospitalisations était plus élevée, environ 90 % et comparable à celle obtenue avec les vaccins COVID-19 ARNm. L’efficacité de 2 doses de Vaxzevria ou de Covishield contre les hospitalisations dues au variant Omicron est d’environ 59 %. Elle s’élève à 90 % chez celles ayant reçu 1 dose de Vaxzevria ou de Covishield suivie par 1 ou 2 doses de vaccin COVID-19 ARNm.

Les études pour mieux établir le niveau et la durée de la protection se poursuivent.

Vaccin JAN COVID-19

Les études d’efficacité ont été menées chez plus de 40 000 personnes dans 3 régions : aux États-Unis, où circulait majoritairement une souche proche de la lignée originale Wuhan qui incluait la mutation D614G, en Afrique du Sud, où circulaient des souches de la lignée B.1.351, et en Amérique du Sud, où circulaient des souches de la lignée P.2.

L’efficacité globale du vaccin JAN COVID-19 était de 77 % pour prévenir une forme grave de la maladie et de 67 % pour prévenir une forme modérée ou grave. L’efficacité pour prévenir une forme modérée ou grave de la maladie variait selon les régions, étant de 74 % aux États-Unis, de 65 % en Amérique du Sud et de 52 % en Afrique du Sud.

L’efficacité était comparable chez les personnes âgées de 18 à 59 ans et les personnes de 60 ans et plus, avec ou sans comorbidité. Il n’y a eu aucun décès lié à la COVID-19 chez les participants vaccinés.

L’analyse des données sérologiques a aussi montré une réduction de 88 % des infections asymptomatiques dans le groupe des vaccinés.

Certaines données américaines ont montré une efficacité moindre avec le vaccin JAN COVID-19 à prévenir tous types d’infections ainsi que les hospitalisations dues à la COVID-19, comparativement à 2 doses de vaccin COVID-19 ARNm. L’efficacité contre les hospitalisations était de 71 % pour le vaccin JAN COVID-19 contre 88 % et 93 % pour le Comirnaty et le Spikevax, respectivement. Par ailleurs, d’autres données indiquent que le niveau de protection conféré par le vaccin JAN COVID-19 se maintient contre le variant Delta. Les études se poursuivent pour évaluer l’efficacité du vaccin contre le variant Omicron.

Les études pour mieux établir le niveau et la durée de la protection se poursuivent.

Dernière mise à jour : 11 mai 2022

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Haut de page